LA NUIT MYOPE, A. D. G

LA NUIT MYOPE, A. D. G

« Je suis un aventurier. » C'est sur ce manifeste ironique, prononcé dans un taxi par un cadre commercial, que s'ouvre La Nuit myope. Il n'empêche que Domi, ledit cadre, est une sorte de chercheur d'or : complètement ivre après une soirée entre collègues, il sillonne Paris en espérant retrouver l'appartement d'une jeune femme croisée sur une piste de danse. Hélas, il a perdu un de ses verres de lunettes et n'y voit qu'à moitié. Un parcours nocturne semé d'embûches, mais où l'écriture sémillante d'A. D. G. - toute en calembours et autres ondulations sémantiques - fait des pieds-de- nez à son « navranturier ».

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous