La patine du réel

La patine du réel

Deux polars qui sentent le vécu, l'un chez les requins de la politique, l'autre aux côtés d'un flic borderline - marquant le retour d'une grande plume.

Vingt ans déjà qu'il s'était tu, réservant ses fulgurances à des séries télévisées qui ne les sollicitaient guère (Police District, Mafiosa, Nicolas Le Floch...). Le retour d'Hugues Pagan, absent des librairies depuis Dernière station avant l'autoroute en 1997, était devenu mythique chez les amateurs de polar. Et puis, là ça y est, presque sans crier gare, voici un nouveau roman. On l'ouvre avec un peu d'angoisse, tant le rêve s'échoue souvent sur la réalité. Profil perdu fait renaître l'inspecteur Schneider, déjà héros de Vaines recherches et de La Mort dans une voiture solitaire. Cette fois, Schneider est confronté au mystérieux assa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous