La Russie face à nous : le regard d'un « étrange animal »

La Russie face à nous : le regard d'un « étrange animal »

Hyperactive sur la scène internationale, la Russie occupe tous les esprits. L'Europe occidentale peine toujours à comprendre ses logiques, mais cette paresse n'est pas réciproque : la Russie n'a cessé de penser sa spécificité avec et contre nous. Pour mieux le saisir, cette somme s'impose : une anthologie au long cours de réflexions russes sur le rapport à l'Occident, mêlant écrivains, intellectuels et politiciens (Poutine compris).

De la Russie, on pourrait dire que même l'idée la plus simple qu'on s'en fait est invariablement fausse. Pourquoi ? Parce que l'on croit savoir où ça se trouve. L'une des grandes questions russes présentées par Michel Niqueux dans son « anthologie de la pensée russe » est précisément de savoir où exactement se situe la Russie. Pour y répondre, depuis les réformes entreprises par Pierre le Grand au début du XVIIIe, l'Empire russe, l'URSS puis la fédération de Russie n'ont cessé de tenir leurs regards fixés vers l'Ouest. Il n'y a pas de Russie sans rapport à l'Europe, près d'elle, avec elle, contre elle, mais jamais tout à fait comme et encore moins sans elle. Et pourtant...

« Reconn ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous