La seule séparation en partage

La seule séparation en partage

Le judéo-christianisme élude les différences essentielles entre les deux confessions, tout en gommant étrangement leur principal trait commun : la séparation entre les pouvoirs politique et religieux.

On se gardera de parler tout simplement, tout uniment et sans distinction, de « judéo-christianisme ». D'abord parce qu'à l'origine ce terme désigne les juifs qui se sont ralliés à Jésus aux premiers jours de l'Église, juifs chrétiens donc par opposition aux juifs qui refusaient la messianité de Jésus et à ceux, païens, qui croyaient en lui. En ce sens, aujourd'hui on ne parle que rarement de judéo-christianisme. Ensuite, il faut se garder de cet amalgame sommaire, par politesse à l'égard du judaïsme contemporain, qui se définit par des caractéristiques irréductibles (outre le refus de la divinité de Jésus, la lecture talmudique de la Torah fait toute la différence), et par respect pour l ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous