Le building hanté

Le building hanté

Le Dakota Building, à New York, fut la résidence de nombreuses stars, parmi lesquelles John Lennon. Entrelaçant l'existence de sept résidents fictifs, ce roman ressuscite l'euphorie pop des seventies, dont l'assassinat de Lennon sonne le glas.

D'après les spécialistes de l'ésotérisme, le Dakota Building serait un endroit maudit. Ce manoir néo-Tudor, édifié de 1880 à 1884 en bordure de Central Park par l'architecte Henry J. Hardenbergh, massif et prétentieux, aurait attiré la scoumoune sur plusieurs de ses habitants. Dès sa construction, il a hébergé des artistes hors du commun, comme Boris Karloff, puis Lauren Bacall, Rudolf Noureev, Leonard Bernstein... Lesquels côtoient de simples milliardaires. Parmi les résidents de toutes les origines, une seule Noire : la chanteuse soul Roberta Flack, interprète de l'immortel Killing Me Softly With His Song.

Reprenant une idée qui a déjà réussi à quelques écrivains (l'Égyp ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous