Le sinistre des finances

Le sinistre des finances

Pour Charles Péguy, en 1913, le « cataclysme » a déjà eu lieu : l'argent est devenu le seul et unique maître étalon, dans tous les domaines. Il dissout toute solidarité sociale et en vient même à dévaluer le travail bien fait.

Charles Péguy (1873-1914), socialiste dreyfusard et écrivain inclassable, a choisi de philosopher ailleurs que dans les lieux consacrés à la réflexion. Il l'a fait là, en face de la Sorbonne, dans sa petite boutique des Cahiers de la quinzaine. Avec cette revue qu'il fondait, il entendait constituer un organe d'enseignement supérieur, mais immergé dans la maîtresse réalité. Non pas qu'il n'eût été joyeux pour lui d'étudier les classiques à la frêle lueur des lampes, mais le monde moderne, capitaliste et bourgeois, s'installait sous ses yeux, et les immenses difficultés qu'il posait l'empêchaient d'y jamais songer. Il fallait se battre aux frontières et sur tous les fronts plutôt ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous