Les scansions du chaos

Les scansions du chaos

Violence de l'arbitraire, justification des attentats par les kamikazes, pièges d'une « raison perverse »... Les paramètres du terrorisme actuel transparaissent déjà chez Dostoïevski, Conrad, Kafka ou, plus près de nous, DeLillo.

Des grands classiques permettant d'éclairer ce que nous vivons aujourd'hui de façon parfois troublante, le premier est certainement Les Démons, de Dostoïevski. Le groupe terroriste mis en scène dans le roman a beau se dire nihiliste, il partage avec les islamistes contemporains de nombreux points communs. Son complot pour « ébranler les bases » de la société est mal foutu, ses membres sont tous de sombres crétins, et, cependant, Dostoïevski se débrouille pour transformer ce qui devrait nous faire rire en une sorte de dynamique infernale parfaitement effrayante.

L'écriture enfiévrée emporte dans la même catastrophe les terroristes et leurs cibles. C'est que Dostoïevski (qu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous