L'abbé Mugnier

L'abbé Mugnier

DU MISSEL AU BOTTIN MONDAIN

Figure pittoresque des dîners parisiens, « l'abbé des écrivains » a croisé tout le Gotha littéraire entre 1879 et 1939. Son Journal, tenu pendant soixante ans, égrène anecdotes, considérations politiques et traits d'esprits. Fou de littérature ? Il en parle bien peu.

Pour être franc, je l'avais oublié, cet abbé Mugnier. On le trouve référencé un peu partout comme « aumônier général de nos Lettres » (l'expression est de Maurras), « confesseur du Tout-Paris », ou « abbé des écrivains », mais son Journal ne m'avait pas attiré, je n'étais pas allé y voir de plus près. J'ai donc profité de la réédition du Mercure de France pour réparer cet outrage aux classiques.

Arthur Mugnier, né en 1853, entre dans les ordres pour rassurer sa mère. « Elle croyait que j'aurais la paix ! Et je n'ai pas eu la paix... J'ai eu le trouble des autres ! » Si sa croyance est sincère, sa vocation ecclésiastique, elle, l'est beaucoup moins. Outre qu'il ne semble pa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous