L'ELFE MADE MAN

L'ELFE MADE MAN

Spécial abonné. Ses Aventures d'Augie March, picaresques et éblouissantes, reparaissent, accompagnées d'un autre roman. Seul bémol - et encore, tout subjectif : une nouvelle traduction, scrupuleuse, mais moins savoureuse.

Les auteurs d'un « Grand Roman américain » (majuscules impératives) sont légion. La cohorte doit commencer avec Fenimore Cooper ou Nathaniel Hawthorne et s'achever (provisoirement) du côté de Jonathan Franzen ou de David Foster Wallace en passant par Melville, Twain, Wolfe, Dos Passos, Mailer, Roth, DeLillo, etc. (et si vous poussez un hurlement parce que j'ai omis votre préféré, c'est que le Grand Roman américain est un mythe vraiment vivace).

De quoi s'agit-il ? Personne ne le sait exactement. Si l'on se réfère au commentaire de Woody Allen concernant Guerre et paix (« Je l'ai lu, ça se passe en Russie »), on serait tenté de dire qu'un Grand Roman américain, ça se passe ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous