Loti, un massacre en chantant

Loti, un massacre en chantant

En tant qu'officier de marine, l'écrivain participe à la sanglante conquête de l'Annam (le futur Vietnam) par la France. Le récit lyrique qu'il en fait dans Le Figaro, en 1883, indigne l'opinion publique. SYLVAIN VENAYRE consacre à cet épisode un essai subtil.

« C'était au temps du Tonkin, quand Beijing s'écrivait Pékin », au temps où la France prenait sa revanche sur la défaite de 1870 en conquérant l'Indochine, au temps où Jules Ferry défendait contre de nombreuses voix critiques « le devoir pour les races supérieures de civiliser les races inférieures », et où l'on pillait donc au bénéfice des amateurs le palais d'Été, qu'éclata un scandale militaro-littéraire un peu oublié. C'est l'occasion pour Sylvain Venayre, historien des sensibilités, d'une passionnante réflexion sur les pouvoirs de l'écriture : alors que les journaux faisaient souvent appel aux militaires pour couvrir les événements lointains, Pierre Loti, embarqué sur le vaisseau l ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous