Mâles dans leur peau

Mâles dans leur peau

Il ne s'arrête jamais. Pour s'entretenir entre deux romans, le marathonien japonais écrit des nouvelles. Sept d'entre elles sont réunies dans ce recueil, où l'on reconnaît une grande préoccupation de l'auteur : saisir la fragilité et la solitude au masculin.

Romancier nippon jusqu'au bout de son inspiration et de son écriture flottante, Haruki Murakami n'en nourrit pas moins un vif tropisme américain. Contributeur régulier de The New Yorker, il a enseigné à Princeton, Harvard, apprécie le base-ball, a signé des traductions de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving... Il revient avec un recueil de nouvelles, Des hommes sans femmes, en clin d'oeil à celui de Hemingway portant le même titre, et néanmoins ancré dans l'archipel nippon - et dans des expériences vécues par l'auteur. Depuis ses premiers textes (Flipper, 1973), il affectionne les solitaires, les personnages de trentenaires détachés, restés ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous