Une nouvelle pomme tombe sur Newton

Une nouvelle pomme tombe sur Newton

Un manuscrit d’Isaac Newton a été découvert la semaine dernière, dans lequel il expose de nombreux travaux concernant la légendaire pierre philosophale, inspirés par le physicien américain George Starkey (1628-1665).

Isaac Newton est célèbre pour sa théorie de la gravitation universelle, révélation qui l’aurait frappé, dans tous les sens du terme, sous un pommier. Il est également considéré comme l’un des pères de la mécanique classique. Mais le physicien ne s’est pas contenté d’explorer les possibilités que lui offraient ces sciences « nobles », puisque le manuscrit récemment retrouvé le montre sous un nouveau jour : chercheur de la transmutation des métaux. La Préparation du Sophick pour la pierre philosophale par l’Antimonial Stellate Regulus de Mars et de la Lune provenant des manuscrits du Philosophe américain a circulé dans des collections privées depuis les années 1930 avant de réapparaître grâce à son acquisition par la fondation Chemical Heritage.

Les alchimistes sont aujourd’hui perçus comme des charlatans, comme De Lisle, faux monnayeur sous le régime de Louis XIV, qui échangeait sa recette de l’or contre de vrais lingots avant d’être enfermé à la Bastille. Mais il faut prendre en compte le fait que l’alchimie, au XVIIe siècle, était une science comme une autre, et que changer le plomb en or paraissait à l’époque tout à fait réalisable. En effet, les découvertes des scientifiques de cette période concernant la matière et les molécules ne leur permettaient pas alors de se rendre compte de l’impossibilité de leur mission scientifique. Cette dernière nous semble aujourd’hui être un simple fantasme dans une course à la découverte sans merci, qui opposait des dizaines de scientifiques qui désiraient graver leur nom dans l’Histoire.

Newton n’a pas découvert comment transformer le plomb en or mais ses recherches l’ont fait avancer dans ses multiples études, par exemple sa découverte de la lumière blanche comme mélange des couleurs du spectre lumineux. Il ne faut donc pas sous-estimer le scientifique pour ce qui nous paraît être aujourd’hui un rêve irréaliste. D’autres grands noms se sont également acharné à découvrir la composition miraculeuse, comme Robert Boyle, vaste source d’inspiration pour Newton, mais également le philosophe allemand Gottfried Wilhem Leibniz.

Amélie Cooper

Photo : manuscrit de la Préparation du Sophick pour la pierre philosophale par l’Antimonial Stellate Regulus de Mars et de la Lune provenant des manuscrits du Philosophe américain d'Isaac Newton ©Chemical Heritage Foundation