Marguerite Duras, L'Amant

Marguerite Duras, L'Amant

Elle a 15 ans et demi en Indochine, brillante collégienne un peu fugueuse, une robe de soie presque transparente, des chaussures à talons hauts, un feutre bois de rose à larges bords, elle porte à bout de bras « une famille en pierre » et une mère « écorchée vive de la misère ». Il a 27 ans, un costume de banquier, un père chinois milliardaire dans l'immobilier pour pauvres. Il n'est pas beau, il a peur, mais il rayonne de tout ce qu'elle n'est pas. Pendant un an et demi il va tenir le rôle d'amant, la rencontrer tous les jours dans sa garçonnière, être l'initiateur du plaisir. Il lui refuse le mariage par sujétion au père, qui lui promet une Chinoise du Nord. Elle lui refuse l'amour, la ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous