Mme Bovary par temps de terreur

Mme Bovary par temps de terreur

Directrice d'école en Israël, Iris est hôpitalisée à la suite d'une souffrance subite, qui se révèle être une douleur fantôme. Dix ans plus tôt, jour pour jour, elle a été victime d'un attentat-suicide. Mais voici qu'elle croise à l'hôpital une autre douleur, en la personne d'un médecin : son grand amour de jeunesse, dont le départ la plongea dans la dépression. Parfaite et troublante confusion entre une intimité et un espace public déboussolé.

Dix ans plus tôt, la directrice d'école Iris a été victime d'un attentat terroriste. Un autobus a explosé à sa hauteur, la projetant dans les airs. Lorsqu'elle a repris conscience, des corps flambaient autour d'elle au milieu de membres épars sur le bitume. Coccyx et sacrum brisés, des trous dans les jambes et des éclats dans le thorax - la bombe était remplie de clous couverts de mort-aux-rats -, elle a passé des mois à l'hôpital à se faire reconstruire à coups de barres, de vis et de plaques, s'est fait greffer de la peau, a passé d'autres mois encore dans sa chambre en convalescence. Il a fallu réapprendre à marcher, à s'occuper de ses deux enfants, se sevrer des antalgiques, vaincre l ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous