Mystère d'un tiret

Mystère d'un tiret

Que signifie donc le trait d'union du judéo-christianisme ? Cette notion, assez récente au demeurant, a pu justifier des positions très diverses, sinon antagonistes.

Peut-on déduire une philosophie de la typographie ? Quelle valeur accorder au trait d'union entre deux noms communs ? Renvoie-t-il à l'ordre de l'ontologie (consubstantialité, identité), de la chimie (adhérence, fusion), de la politique (alliance, parti), de la stratégie (coalition, empire), du sentiment (complicité, fraternisation), de la chair (accouplement, conjugalité) ? La grammaire du tiret informe-t-elle la réalité des choses ? L'union qui en ressort se révèle-t-elle communion ou collusion ? La sympathie engage-t-elle la synthèse, la symphonie, la symbiose ou aboutit-elle au syncrétisme ? S'agissant du judéo-christianisme, aucune de ces questions n'est de trop.

Historiquemen ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous