Nazi dans le texte

Nazi dans le texte

Seule l'Allemagne serait capable de pensée authentique : cette obsession, franche dans les Cahiers noirs, était ailleurs formulée de manière cryptée. Mais la langue heidegérienne, autoritaire et accusatoire, affichait en quelque sorte la couleur.

Ce que quelques-uns (rares) ne cessaient de rappeler, au grand dam de toute « l'aristocratie » de la Pensée française, est désormais acquis : Martin Heidegger était un militant nazi de pointe, ce qui ne peut guère surprendre, pour peu qu'on ait lu les paragraphes 27 ou 37, parmi bien d'autres, de Sein und Zeit (Être et Temps). Personne ne le conteste plus depuis les Cahiers noirs. Pour bien des heideggériens de Paris ces Cahiers sont une surprise ou un sujet de consternation, d'autant que Heidegger était, hélas ! devenu le maître à penser de la philosophie française.

L'ignorance de l'allemand et des choses allemandes a conduit, en l'occurrence, à ne pas ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous