NU DANS TON BAIN FACE À L'ABÎME. UN MANIFESTE LITTÉRAIRE APRÈS LA FIN DES MANIFESTES ET DE LA LITTÉRATURE

NU DANS TON BAIN FACE À L'ABÎME. UN MANIFESTE LITTÉRAIRE APRÈS LA FIN DES MANIFESTES ET DE LA LITTÉRATURE

Y a-t-il plus de romanciers que de lec teurs ? Reprenant le motif du Zarathoustra nietzschéen, Lars Iyer « tue » la littérature en précisant qu'elle n'a jamais été aussi prolifique. Mais le marché du livre pâtit d'un relativisme qui bloque toute polémique féconde : « L'art se construisait jadis dans l'opposition, mais à présent il se consume dans la machine culturelle, et le sérieux lui-même se trouve réduit à une sorte de kitsch pour les générations X, Y et Z. » Face à la mort de la littérature, ce petit livre, riche en références, préconise... l'écriture.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous