Péguy, une pensée en puissance

Péguy, une pensée en puissance

« Socialiste, dreyfusiste, révolutionnaire, internationaliste, anarchiste, patriote, journaliste, historien... » Sous le « fatras » apparent des interventions d'un Péguy démultiplié, CAMILLE RIQUIER fait transparaître une philosophie hors système.

« Si je crois à la vie, personnelle, post-mortelle ? Mais, mon vieux, j'y crois plus qu'à ma vie actuelle », confiait Péguy à Joseph Lotte. L'un des aspects les plus attachants de l'éternel « vaincu », né après la défaite de 1870, déçu par la modernité et abattu aux premières salves de 1914, est l'énergie avec laquelle il affirme son attachement à une vie autre. Qui aurait cru que cette vie-là - celle qui n'exista pas et qui n'existera jamais - pouvait aussi être productive ? Camille Riquier, excellent spécialiste de Bergson, lui donne toute sa portée : il étudie la philosophie que n'écrivit pas l'homme que Péguy ne fut jamais.

Comment s'opère cette plongée dans les richesses du v ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous