Pamela Churchill, l'appétit d'une lionne

Pamela Churchill, l'appétit d'une lionne

La liste de ses amants est plus qu'un bottin mondain : un livre d'histoire. Un temps belle-fille et confidente de Winston Churchill, elle concilia toute sa vie l'abandon et le calcul, la passion et l'ambition. STÉPHANIE DES HORTS en fait un portrait épique.

Quand, le 4 octobre 1939, Pamela Beryl Digby épouse Randolph Churchill, le fils de Winston, le Vieux Lion, elle n'a pas 20 ans. Mais elle a multiplié les expériences et sait ce qu'elle veut : entrer dans le premier cercle et y rester. Peu lui importe que Randolph soit un alcoolique, un flambeur - « l'excellence ne fait pas dans l'atavisme ». Son père, devenu Premier ministre en mai 1940, ouvre toutes les portes à Pamela. Il fait d'elle sa confidente, l'appelle au milieu de la nuit pour jouer aux cartes, approuve sa liaison avec le riche Américain Averell Harriman, envoyé à Londres par Roosevelt pour se lier avec Churchill. Des nuits où Pamela fait connaître à Averell des sensations inédit ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous