Pascal Quignard, Tous les matins du monde

Pascal Quignard, Tous les matins du monde

L'argument : un musicien retiré de ses contemporains, vivant avec ses deux filles, a eu l'idée inouïe d'ajouter à la classique viole de gambe une corde supplémentaire, celle de l'âme, dirait-on ; seul dans sa cabane, il compose, expérimente, essaie. Et, comme dira Picasso, il ne cherche pas, il trouve. En parallèle, un jeune musicien est obsédé par l'objectif de devenir son disciple... Derrière le thème de la musique baroque, se profile, à peine indiquée par l'auteur, mais essentielle, l'une des luttes les plus âpres, parce que les plus fondamentales, d'un XVIIe siècle bien plus tourmenté que les imageries du Grand Siècle ne le laissaient entrevoir, toutes à leur image d'Épinal de Roi-Sol ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous