Paul Auster, Trilogie new-yorkaise

Paul Auster, Trilogie new-yorkaise

Avec cette « Trilogie new-yorkaise » (Cité de verre, Revenants et La Chambre dérobée), Paul Auster s'impose d'emblée. Les apparences sont celles de l'enquête traditionnelle, mais l'affabulation policière ne joue qu'un rôle mineur. Il s'agit d'ailleurs plutôt de missions privées, dont l'objet reste ambigu. Il n'y a pas de coupables au sens juridique, ni de meurtres, sinon celui que commet à la fin de Revenants, presque à son insu, le seul détective professionnel que l'on rencontre - occupé par une affaire bien peu orthodoxe. Bleu est en effet engagé par Blanc, qui l'installe dans une pièce dont la fenêtre fait face à celle de Noir, objet de la surveillance. Noir ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous