Poésie : un monument de poche

Poésie : un monument de poche

« Poésie/ Gallimard » a un demi-siècle : portrait d'une collection qui a su rester fidèle à elle-même tout en se bonifiant - et qui accompagne nos vies.

Le carton d'invitation me conviant à fêter le cinquantenaire de « Poésie/Gallimard », bientôt suivi d'une abondante moisson de nouveaux titres, a produit sur moi la surprise gênée qu'on éprouve en apprenant par une indiscrétion l'âge d'une amie : on l'aurait crue plus jeune ou plus âgée. Quoi ? Cinquante ans ? Elle ne fait vraiment pas son âge. Ou au contraire : Comment ? Cette vénérable institution, pas plus d'un demi-siècle ? Un peu de réflexion et quelques souvenirs qui affluent me prouvent que, très banalement, je n'ai pas vu le temps passer. « Poésie/Gallimard », avec le mot Poésie imprimé en italique et la barre oblique qui le suit, j'ai l'impression de l' ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous