Elena Ferrante éreintée par Éric Chevillard dans son blog, l'Autofictif

Elena Ferrante éreintée par Éric Chevillard dans son blog, l'Autofictif

« Je n'ai pas lu Elena Ferrante, mais, feuilletant L'Amie prodigieuse, je surprends cette phrase (peut-être, certes, une maladresse de la traduction) : "Soudain ses yeux se concentrèrent jusqu'à devenir deux fissures." Sans nul doute ce qui arriverait aux miens si je devais m'enfiler trois volumes d'une telle prose. » Il s'agit bien sûr d'un passage malheureux, qui ne représente en rien L'Amie prodigieuse. Ce jugement, un peu rapide, nous paraît injuste vis-à-vis de l'oeuvre et du travail de la traductrice, Elsa Damien. Comme le disait François Nourissier, les écrivains ne se lisent pas, ils s'observent.