L'Académie Goncourt créée la surprise

L'Académie Goncourt créée la surprise

Pour le prix du premier roman, l'Académie Goncourt a récompensé un auteur qui ne figurait pas dans sa sélection. Joseph Andras a en effet été salué pour De nos frères blessés (éd. Actes Sud), alors qu'Olivier Bourdeaut et Catherine Poulain étaient annoncés comme grands favoris.

Vous ne connaissez peut-être pas son nom et avez peu de chance de le croiser en France puisqu'il réside souvent à l'étranger, et échappe aux fiches détaillées de la toile. Le jeune Joseph Andras a pourtant reçu le prix Goncourt du premier roman ce lundi, grâce à son récit de la vie de Fernand Iveton, jeune ouvrier communiste et militant contre le colonialisme, qui avait symboliquement déposé une bombe dans son usine, sans pour autant la faire exploser. Cet acte lui a cependant valu d'être guillotiné en 1957. De nos frères blessés explore les limites de l'Histoire, de la justice, tout en rendant hommage au seul européen exécuté lors de la guerre d'Algérie. Un livre poignant salué par cinq des membres du jury, les quatre restants lui ayant préféré Un grand marin (éd. l'Olivier) de Catherine Poulain, déjà récompensé par le prix Joseph Kessel de cette année.

Marie-Hélène Lafon s'est vue attribuer à l'unanimité le prix Goncourt de la nouvelle pour son recueil Histoires, édité par Buchet Chastel. Du côté des alexandrins, le Goncourt de la Poésie a été attribué à Jean-Pierre Siméon, pour l'association Le Printemps des Poètes, dont il est le directeur artistique depuis 2001.

Feuilletez De nos frères blessés : http://issuu.com/actes_sud/docs/de_nos_fr__res_bless__s_extrait_act/7?e=2297045/35481381

Amélie Cooper