Qui je fus, précédé de Les Rêves et la jambe, Fables des origines et autres textes

Qui je fus, précédé de Les Rêves et la jambe, Fables des origines et autres textes

Qui je fus et les autres textes publiés dans ce recueil permettent de remonter au loin dans l'archéologie d'Henri Michaux, dont le prénom s'orthographiait encore Henry. On voit s'éloigner des villes « dans le grand convoi des rues en partance », glissant sur des rails habilement suggérés par un poète qui renonce aux grands effets lyriques et impose, d'emblée, cette logique décapante décrite par Bernard Noël dans la préface, logique qui rajeunit la raison. Des phrases nettes, précises, sont martelées, imposant une singularité naturelle face à ce que Noël nomme les machineries et machinations littéraires. « Je suis né troué », écrit le futur Barbare en Asie qui se révèle, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous