Régis Jauffret, Microfictions

Régis Jauffret, Microfictions

Depuis Clémence Picot, Régis Jauffret arpente les territoires de l'aliénation et de la haine ordinaires. Dans Microfictions (cinq cents récits d'une page et demie), il libère les désirs secrets d'une légion de déséquilibrés latents, tortionnaires, instituteurs alcooliques, nantis méprisants, flics sadiques, pédophiles, violeurs ou terroristes. Certains se châtrent et cherchent leur sexe à quatre pattes, des femmes se mutilent pour échapper à leur mari, des enfants, humiliés de leur devoir la vie, suppriment leurs géniteurs : une procession de fantômes nuisibles et lucides, indifférents à la souffrance qu'ils causent, murés dans la déréliction. Chaque « voix » égrène la l ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous