REBONJOUR LÀ-HAUT

REBONJOUR LÀ-HAUT

Adaptant à l'écran le foisonnant prix Goncourt 2013, Albert Dupontel parvient à tracer sa route, mais parfois au prix de brusques raccourcis narratifs.

Succès critique et commercial, Au revoir là-haut fut l'une des grandes réussites de l'année 2013. Prix Goncourt surprise, ce conte de deux arnaques - l'une montée par un duo d'ex-poilus révoltés par la guerre, l'autre par leur ancien commandant, aristocrate cynique - réussissait la quadrature du cercle : un roman historique populaire, avec un méchant bien identifiable, et un roman sophistiqué, remarquablement écrit, où de très heureuses inventions s'accordaient à un cadre historique soigné. Aussi souhaitait-on bien du courage à Albert Dupontel lorsqu'il s'est lancé dans la tâche de le convertir en long métrage. Avec un livre aussi vaste et profus, il faudrait fatalement trancher, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous