Salman Rushdie, Les Versets sataniques

Salman Rushdie, Les Versets sataniques

En prononçant, le 14 février 1989, une fatwa condamnant à mort l'auteur des Versets sataniques et ses éditeurs, l'ayatollah Khomeini a au moins atteint une de ses fins : transformer un roman en enjeu religieux, politique, diplomatique, c'est déjà l'asphyxier, empêcher de l'évaluer à l'aune de la littérature. De fait, les Versets prolixes de Salman Rushdie ont été peu lus dans leur intégralité.

Tout débute par l'explosion au-dessus de la Grande-Bretagne d'un jumbo-jet en provenance de Bombay. « Pour renaître, il faut d'abord mourir », affirme une première ligne à laquelle il faut reconnaître le mérite de la franchise ; tout va se situer désormais au-delà de la vi ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous