Souriau, quand exister est un art

Souriau, quand exister est un art

DAVID LAPOUJADE nous fait redécouvrir l'un des esprits français les plus originaux du XXe siècle, Étienne Souriau. Spécialiste d'esthétique, le philosophe l'a étendue aux formes de vie dans leur ensemble, avec une grande clairvoyance sur l'enjeu du virtuel.

Patron de l'esthétique française, créateur de la « filmologie », précurseur de ce qu'on appelle aujourd'hui l'écocritique (Le Sens artistique des animaux, 1965), théoricien de l'intermédialité et de La Correspondance des arts (1969), métaphysicien d'une originalité prodigieuse, Étienne Souriau (1892-1979) sort enfin de l'ombre où il avait glissé pendant quelques décennies. Ce grâce aux efforts de Bruno Latour, mais aussi de David Lapoujade, qui lui consacre avec Les Existences moindres un essai aussi synthétique qu'accessible et rend justice à l'un des esprits français les plus neufs du XXe siècle. Le concept central d'Étienne Souriau, c'est le « pluralisme exis ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous