Staël au centre

Staël au centre

Disparue il y a deux siècles, Mme de Staël fut la première théoricienne du romantisme français mais fut éclipsée par Chateaubriand. Sans doute plus brillante intellectuelle que romancière, la fille de Necker chercha sur le plan politique à promouvoir une révolution modérée : un équilibre introuvable.

Il lui aura fallu du temps pour y arriver. Brillant de son vivant au firmament de l'Europe tout entière, bien plus encore qu'en France, son étoile a commencé à pâlir au lendemain de sa mort, en 1817, pour s'éteindre au lendemain de ce romantisme qu'elle a inauguré avec les frères Schlegel, mais au seuil duquel Chateaubriand lui a rapidement ravi la première place. De l'Histoire de la littérature française de Gustave Lanson, en 1894, au Lagarde et Michard des années 1950 et 1960, les pages accordées au vicomte sont bien plus importantes. « Il n'y a eu de mouvement littéraire, disait Sainte-Beuve en faisant son portrait, en 1835 (1), qu'à l'aide d'une réac ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous