Sur une pierre du Vieux Ténès

Sur une pierre du Vieux Ténès

Les méditations et rêveries d'un homme assis face à la mer, en sa ville natale de Ténès, au mitan de la côte algérienne.

Assis sur la pierre plate, sous l'olivier centenaire, son arbre, où les femmes pieuses accrochent des bouts de laine verte et des rubans verts, talismans, elles croient au pouvoir de ces morceaux de leur vie séquestrée, elles savent que ces fragments ne sont pas magiques, mais quand même, elles les cachent dans les grandes poches du pantalon bouffant qu'elles ont coupé et cousu avec la Singer de la couturière du quartier, son mari vend des machines à coudre dans la ville européenne séparée du Vieux Ténès par une frontière invisible, respectée des deux côtés...

Lorsqu'elles marchent ensemble, haïk blanc coton et soie, vers la koubba du saint local, pour prier, des voeux accompagnant ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous