Tentative d'inventaire

Tentative d'inventaire

Un an après la mort de Perec en 1982, à l'âge de 45 ans, un ami proche et confrère de l'OuLiPo faisait pour Le Magazine littéraire un panoramique méthodique et didactique sur la vie et l'oeuvre de l'écrivain, en appelant à ne pas les délier.

S'il est souvent possible, chez tout écrivain digne de ce nom, de dégager des traits originaux, il existe une famille d'écrivains dont l'originalité est telle qu'on ne peut les rattacher à aucun auteur, vivant ou mort. C'est à cette famille, dont Franz Kafka et Raymond Roussel sont les membres notoires du siècle dernier, qu'appartient aussi Georges Perec. Italo Calvino l'a décrit comme « une des personnalités littéraires les plus singulières au monde, au point de ne ressembler absolument à personne », et cette remarque s'applique à tous les aspects de son activité d'écrivain. Les auteurs que Perec admirait (et parmi eux Kafka et Roussel) ont laissé de nombreuses traces dans son oeuvre, so ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous