TERRES AMÈRES

TERRES AMÈRES

Deux ans avant la parution de ces nouvelles, la romancière américaine Joyce Carol Oates perdait son mari. Le veuvage, cette « vie posthume », tient ici une place très importante, et la psychologie explorée des quelques « conjointes survivantes » qui peuplent Terres amères est glaçante. La première se fait violer alors que son mari vient de mourir. Plus loin, Sophie éprouve un chagrin « très semblable à de l'eau sale qu'on lui aurait versée dans la bouche ». Mais il y a pire que le veuvage : la vie sentimentale d'une femme-tronc !

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous