Jacques Lemarchand, chroniques des coulisses

Jacques Lemarchand, chroniques des coulisses

Auteur de quelques romans, il a vite mis son talent au service des autres en tant qu'éditeur chez Gallimard et critique de théâtre. Son journal est un beau document sur un monde culturel révolu.

Grâce à Jean Paulhan, ses premiers romans avaient été publiés chez Gallimard. Et Geneviève, un livre sur la jalousie, en 1944, avait rencontré un réel succès. Il avait fallu du culot pour reprendre un sujet que Proust semblait avoir épuisé et lui donner un titre et un ton rappelant Gide. Pourtant, entré au comité de lecture l'année précédente, après un éphémère passage à La NRF après la démission de Drieu la Rochelle, Jacques Lemarchand mettra désormais son talent au service des autres, romanciers ou dramaturges, car son deuxième métier, après celui de lecteur et d'éditeur, fut critique de théâtre, à Combat, dès la Libération, puis au Figaro, de 1950 à ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous