Thierry Frémaux, LE CROISÉ DE LA CROISETTE

Thierry Frémaux, LE CROISÉ DE LA CROISETTE

À l'accoutumée, le principe du « journal de l'année » m'agace ou m'ennuie - c'est selon. Le copier-coller d'un agenda pseudo-mondain où défilent les « people » d'un univers le plus souvent fort mal mis en scène et en perspective. Recevant Sélection officielle, opus de 616 pages (!), j'étais par avance... fatigué. Certes, l'auteur m'intéressait, un peu ; je savais qu'un homme raide dingue de cinéma, de foot, de cyclisme et de sa ville, Lyon, ne pouvait être tout à fait mauvais. Cette quadruple et dévorante passion me suffisait donc pour « entrer » dans ce journal, le feuilleter, en lire quelques passages. J'y ai trouvé un conteur dans ses univers, un livre que le lecteur repose et ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous