Un carré de pérecquiens

Un carré de pérecquiens

Des écrivains nous racontent librement ce qu'ils font de Perec - ou ce que Perec leur a fait.

ÉRIC CHEVILLARD

S'il faut en croire Nabokov, tout commence par une palpitation. C'est ainsi que s'annonce - aussi faible et fragile qu'un coeur battant dans un oeuf - le livre à venir. Avant de trouver sa forme, il est ce songe que l'on ne saurait situer : dans le ciel des idées encore ? Ou déjà dans la matrice ? Nébuleuse ou visqueuse conception, nous ne comprendrons jamais vraiment comment peu à peu tout s'organise et prend corps. Georges Perec, j'en suis convaincu, palpitait ainsi plus souvent que n'importe quel autre créateur. Il est par excellence l'écrivain du projet.

Les éditions Zulma ont publié en 1995 le Cahier des charges de La Vie mode d'empl ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous