UN NOBEL FUIT L'AMÉRIQUE DE TRUMP

UN NOBEL FUIT L'AMÉRIQUE DE TRUMP

Chose promise, chose faite. L'écrivain nigérian Wole Soyinka a brûlé sa « carte verte » après l'élection de Trump. Il quitte les États-Unis, où il était attaché à l'Institut des affaires afro-américaines de l'université de New York. « Trump a surfé sur la vague de xénophobie latente qui existe dans toutes les sociétés, y compris la mienne », explique l'écrivain de 82 ans à l'AFP, comparant l'Amérique de Trump au Nigeria de 1983, qui, lors d'une crise du pétrole, avait expulsé deux millions d'étrangers. « On voyait des cohortes de réfugiés qui embarquaient dans des camions bringuebalants pour retourner dans leur pays. » Soyinka s'est installé en Afrique du Sud, à Johannesburg, où il ensei ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous