UN NOM DE TORERO

UN NOM DE TORERO

Après Le Vieux qui lisait des romans d'amour, conte souriant aux accents écolos, Luis Sepúlveda a nourri de son optimisme un roman noir avec pour héros un ancien guérillero homonyme d'un célèbre toréro, sujet d'écriture d e Hemingway, Juan Belmonte. Ce Chilien possède les attributs du chevalier archétypal de gauche : fort, beau, vertueux. Il agit pour sauver sa bien-aimée, sa « Guenièvre », ex-guérillera retrouvée catatonique dans une décharge après avoir subi les tortures de la dictature. Pour se donner les moyens de la soigner, Belmonte, exilé en Allemagne, accepte le pacte que lui propose un flic très flegmatique : retourner en Amérique du Sud pour y retrouver un trésor compos ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous