Un rêve à la dérive

Un rêve à la dérive

Créer un pays pour les esclaves américains affranchis, l'idée était belle - sauf qu'eux-mêmes devenaient des colons. L'origine et les débuts du Liberia occupent un roman dense, où beaucoup de personnages ne sont pas fictifs.

« La clé se trouve dans l'Amérique du XIXe siècle. » Vingt ans après avoir tourné un film sur la guerre du Liberia, Christophe Naigeon a oublié la caméra pour écrire un livre inspiré par ce que lui avait dit Henry Andrews, historien libérien. Explorant le passé de ce pays chahuté pour en saisir la tragique actualité, le journaliste s'est fait romancier. Ce sera donc, de 1807 à 1865, Liberia, en débutant par l'époque où l'idée de ce pays n'existait pas, en passant par celle où il se constitue en territoire d'une utopie bancale, et en terminant par l'enterrement de Julius Washington, journaliste, écrivain, portraitiste, chroniqueur de la vie de la capitale, Monrovia.

Julius, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous