Une jeunesse à l'ombre de la lumière

Une jeunesse à l'ombre de la lumière

Dans tout homme, il existe une multitude de « moi » contradictoires. Eclatés, conservés, déchirés, abandonnés, enterrés. Les uns choyés, les autres camouflés. Tantôt en état de paix, tantôt en état de guerre. Dans Une jeunesse à l'ombre de la lumière , Jean-Marie Rouart les évoque tous. Alors - mais comment pourrait-il en être autrement ? - certains d'entre eux horripilent celui qui connaît par coeur l'arbre généalogique de chaque personne rencontrée, d'autres attachent celui qui n'a rien oublié des meurtrissures nées de l'orgueil bafoué. Pourtant, l'unité est là. Dans ces moments de luttes fratricides livrées par les différentes parties de son être. Et puis, la victoir ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous