Une notion à RANIMER

Une notion à RANIMER

Remise sur l'établi par François Cheng, la notion d'âme s'est dans tous les domaines comme éclipsée car jugée trop naïve, vague, archaïque. Une scientifique nous explique pourquoi selon elle nous ne pouvons totalement en faire l'économie.

À l'aube du troisième millénaire, l'âme est oubliée. Les poètes et les artistes, par une curieuse substitution, n'accordent plus de l'importance qu'à son double, le corps, soma, qui autrefois signifiait le corps « inanimé », sans vie, le cadavre (corpse en anglais). Les philosophes semblent croire qu'il s'agit là d'un sujet passé à l'histoire, juste bon pour les anthologies. Les psychanalystes, quant à eux, n'osent plus même nommer l'objet de leurs études. Dans le Dictionnaire de la psychanalyse d'Élisabeth Roudinesco et Michel Plon (1997), pas d'« âme » entre « ambulatorium » et « American Psychiatric Association », pas de « psyché » entre « psychasthénie » et ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous