Vertige de la magouille

Vertige de la magouille

Parfois présenté comme le Kerouac polonais, voire comparé à James Dean en raison de sa belle gueule et de sa mort précoce, l'écrivain reste peu connu en France. Ce roman-ci met en scène deux escrocs passés maîtres dans l'art de l'affabulation.

Presque inconnu en France alors qu'il fut l'une des figures phares de la littérature polonaise d'après guerre, Marek Hłasko subit le sort souvent réservé aux écrivains oubliés : victimes de leur anonymat, on les présente en leur faisant tenir sagement la main d'une célébrité tutélaire. Exilé de sa Pologne natale à 24 ans en raison de ses écrits de plus en plus sulfureux, mort d'une overdose de barbituriques onze ans plus tard, Marek Hłasko est aujourd'hui souvent réduit à l'image d'un « James Dean polonais » (la ressemblance physique est marquante) ou d'un « Kerouac polonais » (son oeuvre est copieusement irriguée par sa vie, menée tambour battant qui plus est). En réalité, il serait bien ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous