William Styron, Le Choix de Sophie

William Styron, Le Choix de Sophie

Le narrateur ressemble à Styron : un intellectuel venu du Sud, déterminé à se tailler un nom dans la jungle littéraire. Au-dessus de chez lui vit un jeune homme juif, aussi brillant que cyclothymique. Entre eux, Sophie, Polonaise catholique passée par Auschwitz, où elle a dû faire un choix terrible. Les héros de Styron sont des archétypes, ce qui n'exclut nullement une complexité extrême. Chaque description est un rodéo, un modèle de siège fait par la prose au réel, sans onirisme ou fanfreluches inutiles. Il faut admirer ce naturalisme qui ne prétend pas s'ériger en philosophie. Ici, la force du langage permet d'apprivoiser les mythes.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous