Yourcenar, l'oeuvre au vert

Yourcenar, l'oeuvre au vert

Longtemps, l'écrivaine fut considérée comme une ermite inactuelle, recluse dans un humanisme passéiste. Ses écrits autobiographiques révèlent une pensée profondément environnementale, dans laquelle la singularité humaine se dissout.

Avant de parler d'écologie chez Marguerite Yourcenar, il faut commencer par arracher l'écorce trompeuse qui recouvre son oeuvre. Surtout que la gangue semble parfois épaisse tant la romancière a elle-même indifféremment - ou malicieusement - multiplié les gages de marginalité dans un XXe siècle prodigue en écoles et mouvements divers. Beaucoup interprètent cela comme un manque de sociabilité littéraire : pendant que les équipes s'affrontaient sur le terrain des grands débats du siècle, Marguerite Yourcenar se serait tenue à l'écart, préférant l'érudition poussiéreuse aux agitations de son époque.

Son choix de n'aborder que des sujets très doctes, depuis l'Antiquité à la Renaissance ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous